Halifax étude de cas

 

Capitale de la Nouvelle-Écosse, la municipalité régionale d’Halifax se situe dans l’est du Canada. Constituée de plus de 400 000 habitants, la municipalité cherche à améliorer la qualité de vie des habitants en favorisant la croissance de collectivités dynamiques et saines, une économie forte et diversifiée, de même qu’un environnement durable. Pour réaliser cette vision, la municipalité compte près de 5 000 employés à temps plein et à temps partiel répartis dans de nombreux services. 


Au cours des dernières années, la municipalité s’est engagée à ce que la santé, la sécurité et le bien-être constituent l’une de ses priorités. 


La formation 


Au début de 2017, la municipalité a tenu son engagement en prenant la décision d’offrir une formation de sensibilisation aux problèmes de santé mentale avec l’objectif de former tout le personnel au fil du temps. En mai 2017, grâce au leadership et au soutien de Cathy Lerette, spécialiste en mieux-être du service des ressources humaines, la municipalité a commencé à offrir le cours « L’esprit au travail » à ses employés. Pour que tout le monde tienne le même langage en ce qui concerne la santé mentale en milieu de travail, la municipalité a décidé de former les gestionnaires et les superviseurs de chaque unité avant de procéder à la formation des employés. 


Depuis mai 2017, 234 membres du personnel ont suivi le cours de huit heures à l’intention des gestionnaires et 122 personnes ont suivi le cours à l’intention des employés qui est d’une durée de quatre heures. Grâce aux questionnaires remplis après la formation, nous avons constaté que 93 % des répondants ont indiqué que le sujet de la formation était important dans leurs fonctions, 87 % s’accordaient à dire qu’ils avaient appris de nouvelles choses au sujet de la santé mentale, la maladie mentale et la résilience, et 95 % ont convenu que cette formation pouvait servir dans d’autres sphères de leur vie. 


« Nous nous sommes heurtés à certaines difficultés depuis le début de cette démarche entreprise en 2017, mais nous cherchons constamment des façons novatrices de promouvoir et d’offrir le programme », a affirmé Cathy Lerette. « À titre d’exemple, mentionnons le cours d’une durée de huit heures à l’intention des gestionnaires. Cela s’avère un grand nombre d’heures à consacrer à la formation. Pour que ce soit plus accessible, nous avons collaboré avec la Commission de la santé mentale du Canada pour obtenir la permission de diviser le cours en deux séances de quatre heures, ce qui a contribué à augmenter le taux d’assiduité. » 


La municipalité souhaite aller de l’avant et demeure déterminée à poursuivre la formation de tous les membres du personnel. 


Commentaires des participants


Lorsque nous leur avons demandé ce qu’ils avaient trouvé le plus utile, voici ce que les participants ont répondu :  


« Comment composer avec la maladie mentale de façon appropriée et souhaitable en milieu de travail. » 


« Discussions approfondies sur ce qu’il faut faire en cas de crise psychologique et sur la façon d’aider et d’accommoder les personnes aux prises avec une maladie mentale. Le fait que d’autres personnes de divers services de mon organisme soient présentes s’est avéré important, car cela a permis d’avoir une plus vaste perspective. » 


« Cela m’a permis de me concentrer sur ce sujet et de me remémorer des moyens constructifs d’aborder la santé mentale, et cela, tant au travail que dans ma vie personnelle. »